Agrippa d'Aubigné - Jeanne Galzy

Agrippa d'Aubigné

By Jeanne Galzy

  • Release Date: 1965-01-01
  • Genre: Social Science
  • Size: 997.84 KB

Alternative Downloads

Server Link Speed
Mirror [#1] Agrippa d'Aubigné.pdf 24,267 KB/Sec
Mirror [#2] Agrippa d'Aubigné.pdf 48,623 KB/Sec
Mirror [#3] Agrippa d'Aubigné.pdf 25,388 KB/Sec

Description

Aucun travail d’ensemble, ressuscitant la personnalité complexe d’Agrippa d’Aubigné, n’a été tenté depuis la parution de la thèse d’Armand Garnier, il y a quelque trente ans. En ce moment où, sous prétexte d'œcuménisme, on essaie par des concessions, que d’Aubigné eût sévèrement jugées, de concilier des positions adverses, il est intéressant de rappeler les luttes du XVIe siècle pour la liberté de conscience. Il convient surtout, dans notre époque où les hautes valeurs humaines furent si peu respectées, de méditer sur la vie de lutte, de courage et la rare noblesse qui fut celle de d’Aubigné, qui sut dédaigner de tirer profit de son long compagnonnage avec Henri IV et préféra l’exil aux restrictions apportées à sa liberté. Dans cette étude Jeanne Galzy a tenté de replacer l’œuvre énorme et multiple d’Agrippa d’Aubigné (elle s’étend du pamphlet et de la farce à la plus haute poésie) dans le contexte d’une vie mouvementée qu’elle nous présente comme un passionnant roman d’aventures. Inégal, violent et illuminé, d’Aubigné a pu être à la fois l’auteur jovial de La Confession de Sancy et des Aventures du Baron de Faeneste, le poète amoureux et ronsardisant — mais parfois douloureusement sincère — du printemps, l’historien déjà européen de l’Histoire universelle. Mais ce qui le rend grand parmi les plus grands et unique dans notre littérature, ce sont Les Tragiques, cette épopée où il passe du réalisme aux visions dantesques, et nous donne, bien avant Hugo, Baudelaire et Valéry, les images les plus saisissantes, le style le plus brûlé de passion et les vers les plus neufs, les plus inspirés et les plus beaux. Jeanne Galzy, qui a déjà écrit dans cette collection une Catherine de Médicis et une romanesque Margot, reine sans royaume, a choisi d’Aubigné pour compléter cette sorte de fresque d’un siècle foisonnant d’idées et de passions. On y trouve, à travers d’Aubigné, les problèmes qui, à peine transposés, sont les nôtres ; et une œuvre qui, par ses hardiesses d’expression et d’images, peut nous être toujours matière d’admiration et d’enseignement.

keyboard_arrow_up